Puissance Métal, Métal Féminin, Heavy, Black et Death Métal

Headcharger in motion

Par • 26 Déc, 2011 • Catégorie: Lead Story

Sortie le 30 janvier

Les normands de Headcharger sont prêts à attaquer 2012 avec un nouvel album «slow motion disease» prévu à la fin du mois de janvier via XIII bis records.

Track listing :

1 ALL NIGHT LONG
2 DON’T NEED YOU
3 USING PEOPLE AS ONE OF THE FINE ART
4 FIRES OF HELL
5 SHOULD BE RUNNIN’
6 DUSTY DREAMS
7 THE LIFE OF A …
8 … DRIFTER
9 SPAIN SUMMER SUN
10 XIIIXII
11 ANNOYIN’N’NOISY
12 SLOW MOTION DISEASE

Extrait du communiqué annonçant ce retour fracassant :

Attention danger. Le nouveau virus élaboré par HEADCHARGER, le groupe originaire de Caen, est dévastateur et surtout incontrôlable. Il va se propager à travers le monde et contaminer, petit à petit, ceux qui seront à son contact. Une pathologie humaine encore inconnue va les fragiliser : insidieusement, lentement… mais sûrement. Cette infection fébrile a déjà un nom de code : Slow Motion Disease.

 Les titres du nouvel album de HEADCHARGER attaquent avec force les cellules du cerveau de ses victimes. Une vraie fulgurance pathologique. Les premières analyses réalisées par des scientifiques indiquent déjà que le syndrome induit par le dernier virus d’HEADCHARGER attaque la mémoire immédiate. Cette maladie serait le résultat d’une mutation génétique d’un virus présent dans une zone désertique des Etats Unis où il a trouvé les conditions extrêmes nécessaires à son développement : sécheresse, forte chaleur, exposition intense au soleil, … Les malades présentent tous les mêmes symptômes : perte de la mémoire instantanée, perception visuelle altérée, images décalées de quelques secondes, souvenirs effacés…

 Depuis 2005, les cinq agents viraux d’HEADCHARGER ont déjà entrepris de s’incruster dans les cellules cérébrales de tous ceux qui écoutent leur musique, résultat d’une mutation musicale des années 70’s. Le germe identifié est un cocktail puissant et pathogène à base de stoner, de metal et de rock n’ roll. Une musique à la croisée d’influences modernes (Metallica, Danko Jones, Mastodon…), de « Southern Rock » (Lynyrd Skynyrd, Clutch, …) et surtout de groupes fondateurs  (AC/DC, Black Sabbath, Led Zeppelin, Deep Purple…).

 Avec leurs 4 albums de pur metal n’ roll puissant et épidémique, il est impossible d’éviter la mise en quarantaine. En Belgique, en Espagne, en Suisse ou au Royaume-Uni, on constate des convulsions épileptoïdes parmi les spectateurs infectées par les prestations des Caennais. Les victimes se comptent déjà par milliers : le groupe a déjà plus de 350 concerts à son actif, dont 2 Sonisphere (Espagne et Royaume-Uni) et un Hellfest. Après avoir propagé son groove contagieux sur les scènes européennes, ces dernières années, HEADCHARGER va poursuivre son expansion.

Avec ce nouvel album, « Slow Motion Disease », concocté par Alan Douches (Sepultura, Dillinger Escape Plan, Mastodon) au mastering et propagé par l’écurie XIII BIS Records (In Flames, Motley Crue, Trust, Dagoba…), la contagion HEADCHARGER arrive, le 30 janvier 2012. Le virus sera alors répandu à travers le monde par Warner Distribution. Alerte ! L’intoxication va commencer… et surtout l’antidote, pas encore au point, ne sera disponible que dans les salles de concerts fréquentées par le combo.

Souvenir de 2010 :

est
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Laisser un Commentaire