Puissance Métal, Métal Féminin, Heavy, Black et Death Métal

Hydrogyn:« Judgement »

Par • 7 Nov, 2010 • Catégorie: Chroniques

Hydrogyn : « Judgement »

 Date de sortie : 26 octobre 2010

Label : Bad Reputation/underclass

Track listing :

1.lost reality
2.right thing now
3.alone
4.self destruct
5.gold dust woman
6.medicate
7.big star
8.gonna getcha
9.too late
10. don’t be my judge

bonus

12.assault attack
13.deadly passion (live)
14.candless light your face (alternative version)

En bref :

Hydrogyn, le jugement en quelques lignes.

Et s’il était enfin venu le temps à Hydrogyn de passer aux choses sérieuses.

Non pas que les 2 premiers opus soient ridicules… Non, juste pour souligner les efforts accomplis par le groupe américain qui à ses débuts avait opté pour un stratégie marketing des plus soignées en mettant en avant la chanteuse Julie Westlake dans certaines positions des plus suggestives pour attirer le client.

« C’est quoi ce bordel ? » aurait été tenté de crier un mâle en rute en admirant les courbes de la chanteuse citée précédemment lors de la sortie de « bomb shell »

La bombe de 2006 ressemblait plus à une première détonation qu’à une franche explosion, chose qu’on aurait pu attendre des « passions mortelles » suivantes (l’album « deadly passions » en 2008), patience, c’était déjà d’un bon niveau, le meilleur était à venir

En effet, allons y franchement , direction l’année 2010 et le 26 octobre avec la sortie de ce « judgement »

Comme évquée lors de la diffusion radio, les Américains ont haussé leur niveau de jeu avec une production digne des plus grands.

Gros son en ouverture avec « lost reality » qui pouvait laisser présager à une quasi déception vu la construction du titre et du refrain rébarbatif, beurk , ya beaucoup mieux comme ouverture de séance .

Heureusement le reste des titres suivants « right thing now » et « alone » montre l’univers mélodique d’Hydrogyn et le talent de Julie.

Une remarque valable pour « too late » le meilleur titre selon mon humble avis.Il n’est jamais trop tard pour le découvrir tout comme le dernier « don’t be my judge ».

A noter de très bons arrangements, l’oeuvre de Mickael Wagener qui passait par là, c’est certain et le coté technique de morceaux tels que « self destruct » ou « medicate ».

Au programme « big star », un duo avec Doug Pinnick de King’s X, ça valait le coup de le tenter.

En plus des 10 nouveaux morceaux, 3 bonus : une reprise « nuclear assault », un live « deadly passion » et une nouvelle version de « candles light your face », pas forcément indispensable.

Quitte à faire du remplissage, autant mettre l’inedit « if these walls could talks » ou le « rainbow in the dark » qu’on avait pu apprécier dans une célèbre série tv, n’est ce pas Mr Homer S.?.

est
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Laisser un Commentaire